Les "Oogata seki"

Challenge

NETTOYER ET SOCLER UNE GROSSE PIERRE TRES DIFFICILE APPARTENANT A BAUDOUIN DE LORGERIL

Juste pour voir !

Après réflexion et “constatation” , la pierre n’est pas une pierre île mais bien un îlot rocheux dans un désert, Gobi ou autre.

Vous remarquerez bien sûr que le kakejiku ne correspond absolument pas à la situation; une plante magnifique pour illustrer un “désert” est un hérésie ! Excusez moi, je ne l’avais pas changé. Il illustre le tokonoma avec sa pierre habituelle.

Bon ben voilà, après 77 heures de réflexion, de boulot, de concentration et de plaisir, cette très belle pierre est sur son daïsa, et dans sa boîte pour plus de sécurité.

Pendant que j’y suis, pour présenter cette pierre il faut une tablette “sur mesure” de 80x55x7 ! Ca ne se trouve pas, il faut en fabriquer une à la demande… Donc, acte ! On passe à une autre de mes passions, le bois et, entre autres choses, la fabrication de tablettes pour les bonsai ou les suiseki.

UNE AUTRE GROSSE PIERRE DIFFICILE RAMASSEE DANS UNE RIVIERE BASQUE

Le cailloux est assez “impressionnant”, 56x26x16 et une grosse quinzaine de kilos. A chaque manipulation c’est un peu délicat pour ne pas casser le trottoir tout le tour !

En théorie la face “droite” est celle qui doit être présentée, mais si on sort la pierre de son daïsa et qu’on la présente dans un doban (qui sera presque aussi lourd que la pierre il devra faire près de 80×35 mini), je pense qu’on pourrait présenter la pierre sur une autre face. A ce moment-là, plusieurs possibilités suivant la saison et l’humeur du jour. Il faut rappeler qu’une pierre peut être présentée en suiban, en doban ou sur son socle selon les saisons et le thème choisi pour l’exposer (accompagnements divers). Il faudra alors avoir : une table pour le socle, une pour le suiban (encore plus grande) ou une tranche (là aussi bonjour la dimension, pas facile à trouver). Pour le suiseki, la règle est un peu différente du bonsaï. La table devrait faire une fois et demie la longueur de la pierre, ici environ 75×45, ce n’est pas rien !

Dans un doban plus grand, on peut même tourner un poil (dans le sens des aiguilles d’une montre) pour avoir la partie concave en “façade”, ça donnerait un toute impression et histoire du paysage à cette pierre.

Vous avez vu la pierre et son socle, maintenant la tablette pour la présenter : 85x40x10,5

A la retraite, je réduis ma collection d'arbres et de pierres. Retrouvez-les en dépôt-vente sur Momiji Bonsai Shop !